L’insémination artificielle et la fécondation in vitro sont deux de ces techniques de procréation médicalement assistée (PMA) les plus
connues et les plus pratiquées, petit débriefing :

Parfois les spermatozoïdes ne sont pas assez nombreux, ne parviennent pas à passer le col de l’utérus, ou il se peut également que l’homme soit stérile.
On a alors recours à l’insémination artificielle.
Cette technique consiste à introduire les spermatozoïdes de l’homme ou d’un tiers donneur dans l’appareil génital féminin. Le sperme peut être introduit au niveau du col de l’utérus ou au delà de celui-ci, dans la cavité utérine, les trompes ou même dans la cavité péritonéale. L’insémination devant avoir lieu juste avant l’ovulation.

Les résultats de ces techniques d’insémination dépendent de nombreux facteurs, d'un timing rigoureux mais donnent de bons résultats.

La fécondation in vitro (FIV), quant à elle, permet de mettre en présence l’ovule et les spermatozoïdes hors de l’utérus pour surveiller la fécondation de l’ovule, la formation de l’embryon et le replacé ensuite dans l’utérus de la femme.
Pour cela il faut stimuler les ovaires de la femme qui, normalement, ne donnent qu’un seul ovule dans un cycle menstruel normal. Ici, pour augmenter les chances de succès, cette dernière est placée sous traitement hormonal pour favoriser l’ovulation et permettre le développement de plusieurs ovules en même temps.
Le recueil des spermatozoïdes est fait par masturbation le jour de la ponction des ovules. Seuls les spermatozoïdes mobiles sont collectés par le médecin, cette phase est appellée la préparation du sperme.
Ovules et spermatozoïdes sont réunis dans une boite de culture et surveillés au microscope.
Une fois les ovules fécondés, et donc les embryons formés (environ 3 jours après le prélèvement des ovules), le transfert est effectué : 2 à 4 des embryons sont introduits dans l’utérus, les autres sont congelés pour être placés plus tard, en cas d’échec ou de désir d’un autre enfant.

NB une technique plus récente commence également à faire parler d’elle, elle serait même plus efficace que la FIV, la Fécondation par micro injection. Cette dernière ressemble à la Fécondation in vitro, mais ici on injecte à l’aide d’une micro pipette un spermatozoïde dans l’ovule, le travail est facilité, la fécondation est certaine. Selon les études effectuées le taux de réussite de cette technique de PMA est d’environ 30 %.