De plus en plus de couples recourent à la médiation familiale, séduits par une séance d’informations, conseillés par des amis, fatigués de s’écharper sur des rancoeurs passées par avocat interposé. Les médiateurs familiaux, constatent une encourageante évolution des mentalités.

La médiation est une approche des conflits encore très récente en France. Au Québec, cette méthode a fini par se généraliser mais il a fallu 30 ans pour qu’elle s’impose !

Les magistrats débordés par ce genre de conflits, proposent de plus en plus fréquemment le recours à la médiation familiale pour résoudre des situations inextricables et, dans la majorité des cas, ce sont les femmes qui entreprennent la démarche, soucieuses de préserver les enfants de ce conflit destructeur. Trois couples qui se séparent sur cinq essaient la médiation afin de réussir leur séparation faute d’avoir réussi leur union et plébiscitent cette forme moins conflictuelle de rupture !

La médiation séduit principalement les trentenaires, traumatisés par les épisodes « Kramer contre Kramer » vécus par leurs parents. Il s’agit plutôt de couples « urbains » au profil bac +2, âgés de 37 ans en moyenne, qui se séparent après neuf ans de mariage ou de vie commune. Les familles recomposées sont également séduites par cette approche puisque 28% d’entre elles y ont recours.

Pour tout renseignement sur la médiation familiale dans votre région, se rapprocher du tribunal qui vous communiquera les adresses des associations qui oeuvrent dans ce domaine.

Vous pouvez également trouver des informations sur le site www.mediationfamiliale.asso.fr ou www.fenamef.asso.fr