Dans une Europe fraîchement élargie à 27 membres avec l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie, confier la présidence du conseil européen à l’Allemagne, moteur historique de l’Union tombe à point nommé. En effet, il fallait bien cette voix de poids, celle d’un pays au cœur du Continent, fort de ses 83 millions d’habitants, fort surtout de son économie, la plus dynamique de l’Union Européenne,  pour sortir l’Europe de l’impasse constitutionnelle où elle se trouve depuis le refus de la constitution des français et des hollandais. Angela Merkel, la chancelière allemande à 6 mois pour relancer la machine.
En attendant de construire l’avenir de l’union, notre puissant voisin, regardera vers son passé. A charge pour lui d’organiser les célébrations du 50ème anniversaire du traité de Rome.

Angela Merkel Chancelière de l'AllemagneDepuis son arrivée à la chancellerie, la démocrate chrétienne Angela Merkel en remplacement du social démocrate Gerhardt Schroeder, a déjà montré de réels talents diplomatiques sur la scène européenne, c’est notamment elle qui, l’année dernière permit de sortir le budget 2007/2013 de l’Union d’une impasse face à l’intransigeance britannique.

Gerhardt SchroederAujourd’hui, ses 26 partenaires attendent d’elle, qu’elle sorte de l’ornière le traité constitutionnel enlisé depuis le double « Non » français et Néerlandais des 29 mai et 1er juin 2005. Angela Merkel affirme que l’Europe a besoin d’un traité constitutionnel si elle veut conserver sa capacité d’action. La présidente de l’Union, va donc entamer une série d’entretiens intensifs avec tous ses homologues chefs d’Etat ou de gouvernement, pour aboutir en juin prochain à une feuille de route, pour sortir l’Europe de son coma constitutionnel. Manifestement, l’Allemagne, comme les 17 autres pays de l’Union ayant ratifié le texte, n’ont pas l’intention de repartir de zéro.

Le 6 mai prochain, la chancelière allemande aura très vraisemblablement un nouvel interlocuteur à l’Elysée, avec qui elle devra trouver le moyen de relancer le moteur Franco-Allemand, lui aussi en panne.