Le COR constate en 1er lieu une situation plus dégradée que prévue. Le déficit de la caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) s’élèvera à 3,5 milliards d’euros en 2007, selon la commission des comptes de la sécurité sociale. Le rapport passe au crible les solutions possibles pour équilibrer les comptes. Le COR insiste sur la question stratégique de l’augmentation du taux d’activité des seniors. En 2005 les 55/64 ans étaient 37,8% en France à avoir encore un emploi, contre 42,5% dans l’union européenne. Le conseil juge par ailleurs nécessaire l’examen d’hypothèses alternatives de financement de régime de retraite.

Travailler plus longtemps : Est ce la solution des problèmes de retaite?Le COR met enfin l’accent sur la nécessité d’assurer l’égalité de traitement entre les cotisants. Dans ce cadre, il aborde la question explosive des régimes spéciaux, laissée de coté en 2003. Sur ce sujet le premier ministre Dominique De Villepin estime dans une interview « Aux Echos » que les paramètres des régimes devront être réévalués en 2008. Certains métiers qui étaient pénibles autrefois ne le sont plus, d’autres le sont devenus et ne sont pas assez compensés. Par ailleurs, dans de nombreux pays de l’union européenne où se pose également le problème des retraites, des mesures préconisent de repousser l’âge légal de prise de la retraite. En Allemagne, au Royaume-Uni, au Pays-Bas, où l’âge légal de la retraite est de 65 ans, il est envisagé de repousser cet âge à 67 ans. Quoi qu’il en soit, il faut dorénavant préparer sa retraite le plus tôt possible et épargner rapidement dès l’entrée dans la vie active afin d’espérer avoir une retraite suffisante à la fin de l’activité professionnelle.

Lors de la campagne présidentielle qui débute, le problème des retraites sera avec celui des impôts l’un des sujets majeurs de la compétition ! D’ores et déjà, tous les candidats à l’exception de la candidate communiste, Marie-George Buffet ont fait savoir qu’il faudrait cotiser plus longtemps, la question des régimes spéciaux devra également être réétudier en concertation avec les représentants des salariés.