Les cachous Lajaunie

Au XVII ème siècle, les cachous se vendaient pour ses propriétés antiseptiques dans toute l’Europe. Ils contribuaient à parfumer l’haleine des consommateurs et avaient la réputation de faciliter la digestion. En 1880, un pharmacien toulousain, Léon Lajaunie changea la recette du fameux cachou et les commercialisa dans des petites boites métalliques jaunes et noires de 45 mm de diamètre à ouverture tournante.. Ces boites avaient été dessinées à l’image d’une montre gousset par un de ses amis, Monsieur Caire, horloger. En 1930, la première publicité pour les cachous, inonde les écrans cinématographiques. Au fil du temps, le cachou lajaunie est devenu emblématique de la ville de Toulouse. La recette n’a pas varié et même si elle reste secrète, on sait qu’il faut plusieurs réglisses mélangés, fondus avec du sucre, de l’amidon, du lactose et de la gélatine aromatisée. On y ajoute enfin de l’essence de menthe anglaise. D’autres manipulations et d’autres ingrédients sont encore nécessaires pour obtenir enfin le fameux cachou.

La navette d’Albi
Ce succulent dessert à base d’amandes est un petit gâteau sablé très apprécié des autochtones et des gourmets qui le dégustent le plus souvent au petit-déjeuner ou à l’heure du goûter.
Ce gâteau albijois se présente sous la forme d’une quenouille, symbole d’un métier qui était exercé par un grand  nombre de personnes dans la région au siècle dernier. Son nom vient donc de sa forme oblongue qui rappelle les navettes de tisserands. Si vous êtes de passage dans cette région, vous trouverez ces fabuleux gâteaux dans toutes les bonnes pâtisseries d’Albi et des alentours.

La limonade de Fontestorbes

La limonade de FontestorbesLa légende veut que le breuvage fut mis au point par les cathares, qui ne buvaient pas de vin et avaient mis au point cette boisson pour étancher leur soif. D’après la légende toujours, la limonade de Fontestorbes avait des vertus thérapeutiques et guérissait du choléra. Elle était fabriquée à base d’une eau de source qui jaillit à côté du château de Monségur. La source permet encore de produire 70 000 litres de la fameuse boisson gazeuse sucrée par an. La majorité de la production est distribuée principalement dans la région. Actuellement, et depuis 1885, ce délicieux breuvage est fabriqué, mis en bouteille à la brasserie « A la source de Fontestorbes » sous la houlette de Christian Cazaud et Jacques Poiret. Le site www.valleedelhers.com