Sans alcool la fête est plus folleLe nombre de jeunes âgés de 11 à 15 ans hospitalisés en urgence suite à des comas éthyliques, avec des taux d'imprégnation alcoolique vertigineux est en constante augmentation. Si ce problème de santé a toujours existé, son augmentation exponentielle inquiète fortement les médecins. Ces derniers poussent un cri d'alarme afin que l'ampleur du phénomène soit pris en compte par les parents, les éducateurs et les pouvoirs publics. La gravité de certaines intoxications aigues relevées chez certains patients inquiète les médecins. Le problème de l'alcoolisation massive des jeunes et parfois très jeunes devient préoccupant. Chez certains jeunes hospitalisés, le taux d'alcoolémie relevé est parfois de 2,7 g par litre de sang! Dans certains cas de comas ethyliques la température corporelle peut chuter à 35°C. A cet âge de la vie, le corps est en pleine mutation, en pleine croissance et de tels taux peuvent avoir des conséquences dramatiques. Inconscients du danger, les jeunes ne se rendent pas compte qu'ils jouent avec leur santé et parfois risquent leur vie. Dans certains cas graves, les réanimateurs doivent recourir à la ventilation artificielle tant l'état de santé du jeune est critique suite à ces absorptions massives d'alcool.

Ce phénomène d'alcoolisation massive touche toutes les classes sociales, sans aucune distinction, aussi bien dans les milieux aisés que chez les jeunes défavorisés, toutes les catégories sociales sont concernées. Les psychologues expliquent ces dérives alcooliques par le besoin des jeunes de s'évader, de se sentir moins seuls ou pour combler un manque affectif. Mais, les médecins pointent également du doigt les forums de discussion sur internet où l'alcool est banalisé et où les jeunes s'incitent à boire pour imiter les grands. Les familles doivent être sensibilisées à ce problème, parfois la prise d'alcool est un appel au secours, elle peut refléter un manque de communication dans le cercle familial. Le problème de l'alcool chez les jeunes adolescents doit être pris très au sérieux, il faut des campagnes d'information au même titre que celles pour lutter contre le tabac ou les drogues car ces jeunes à "la dérive" n'ont pas conscience que l'alcool peut entraîner une dépendance et que ingéré à haute dose, l'alcool peut tuer ou provoquer même des séquelles irrémédiables.

A lire : "Alcool et Adolescence" de Patrice Huerre et François Marty aux éditions Albin Michel