Réponse : Signalez-vous avec une bouteille de Banana Love et laissez-vous séduire. Véritable révélateur de désir, Banana Love a pour objectif d’identifier les consommateurs désirant faire des rencontres. Elle est la première et unique boisson provocatrice de rencontres.



Quelqu’un s’est déclaré ? Vivez passionnément cet instant et utilisez les sous-bocks Banana Love en guise de carte de visite. Notez un message ou échangez vos coordonnées.

Une fois la soirée passée, retrouvez-vous sur banana-love .com pour l’after Banana Love, dialoguez, rejoignez la communauté de ceux qui revendiquent leurs envies.

Soif de rencontres ? Avec Banana Love, on s’affiche, se cherche, complices, on se découvre, se trouve, on s’amuse à épier ou provoquer. Avec Banana Love, la rencontre devient un jeu. Le grand jeu de la séduction désormais sur toutes les lèvres !

 

En 2004, les deux amis d’enfance (Pascal Chestier et Stéphane Deschamps) ont imaginé une boisson sans alcool. Les premiers essais étaient séduisants, mais le packaging et l’identification avec des codes couleurs n’étaient pas très au point. Ils ont pris le temps d’analyser, de se repositionner et de travailler avec une agence de communication pour avoir aujourd’hui un packaging moderne.

La boisson sans alcool a laissé la place à une boisson alcoolisée (4,8°) aux arômes fruités, merveilleux mélanges qui nous séduit énormément. Un professionnel de la boisson à créé la nouvelle version de Banana Love, pétillante aux arômes banane, sucrée mais pas écœurante, ronde en bouche. Elle devrait séduire un public très large, les essais réalisés ici et là l’ont prouvé.

Côté contenant, une bouteille 33cl tout en métal, au design parfait. Le lancement officiel est prévu le 13 juin 2008 sur la côte d’azur avec une soirée qui devrait être assez people début juillet à Saint tropez.



A notre époque où chercher à faire des rencontres est devenu un phénomène de société, Banana Love est déjà mythique dans le monde de la boisson.

Banana Love, cette boisson n’a pas fini de faire parler d’elle.
Article rédigé par Vik Flash