Si les professionnels de l’immobilier s’accordent pour dire qu’il n’y a pas de crash en vue mais une réelle stagnation sur le marché français, ils n’en prennent pas moins les devants et partent à la conquête de nouveaux marchés. Et c’est vers la Grande-Bretagne que se tournent en premier lieu les agents immobiliers. Depuis quelques années en effet, les sujets de sa Majesté achètent en France à un rythme soutenu en province comme à Paris. Et pour cause, bien que très élevés au regard des habitudes françaises, l’immobilier hexagonal reste l’un des moins élevé dans la communauté européenne. Ajoutez à cela un tropisme pour la qualité de vie française, un goût certain pour l’investissement dans des lieux touristiques (Provence, Alpes Côte d’Azur, par exemple) et voilà une clientèle qu’il faut particulièrement soigner.

L’agence Focus a ainsi développer un service spécifique. Son objectif : mettre en relation les particuliers à particuliers au niveau international. Les ventes se réalisent pour 60% avec des Britanniques, 10% avec des Hollandais, 10% avec des Américains, 10% avec des citoyens helvètes et 10% avec le reste du monde. Les annonces sont diffusées en anglais et répertoriées sur toutes les versions internationales des moteurs de recherche tels que Google, MSN, Yahoo ou Aol. De quoi améliorer considérablement ses chances de vendre son bien à bon prix.
Renée Lauster pour Plus-Shopping