Pesticides et engrais chimiques détériorent les sols, provoquent de graves pollutions de l'eau, fragilisent les plantes, sont responsables de la disparition des abeilles pollinisatrices et sont nocifs pour votre santé, a fortiori quand vous consommez votre production. Alors, renoncez au jardinage industriel pour un jardinage respectueux de la planète et par conséquent de votre bien-être.

Légumes bioVoici quelques conseils qui vous permettront de modifier vos habitudes en matière de jardinage. Pour les jardins d'ornements comme pour les jardins potagers, ils ont montré leur pertinence et sont aujourd'hui suivis par bien des jardiniers.


1/ Supprimer les monocultures et parier sur la biodiversité : Les monocultures attirent les prédateurs qui disposent alors d'un vaste champ d'action. En mélangeant les plantes qu'ils apprécient et celles qui les repoussent, vous créerez des barrières naturelles. Utilisez les vertus répulsives de certaines plantes aromatiques et les associations qui renforcent naturellement les défenses naturelles. Arrosez et nourrissez sans excès.

2/ Travaillez la terre avec soin et évitez de la gaver de compost. Trop nourries, les plantes sont plus fragiles. Ne laissez pas d'espace en terre nue. Les plantations sauvages qui s'y installent favorisent l'implantation d'insectes utiles comme les coccinelles.

3/ Changez chaque année l'emplacement de vos cultures, alternez dans une même parcelle les plantes à racines profondes et à racines superficielles. Vous éviterez la concurrence et vos plantes seront en meilleur santé.

4/ Passez du temps dans votre jardin pour prévenir les dégâts : effeuillez régulièrement les plantes atteintes, ramassez quotidiennement les limaces, favorisez l'implantation d'insectes utiles et des oiseaux par des aménagements spécifiques. Pour en savoir plus : à lire absolument les ouvrages didactiques de Terre vivante (l'un des précurseur du jardinage biologique) et la revue Les 4 saisons du jardin bio.

Quid des traitements estampillés bio ?

Les traitements bio sont-ils inoffensifs ? Loin de là. Certes, ils ont le considérable avantage d'être biodégradables. Comme les autres produits non biologiques, ces traitements tuent sans discernement les bonnes plantes comme les mauvaises et les bons insectes comme les nuisibles. On ne les utilisera donc seulement en dernier recours et toujours avec circonspection. Le respect des doses prescrites est fondamental. Inutile d'en rajouter, le traitement ne sera pas plus efficace, mais plus polluant et plus agressif pour vos plantes.

La bonne initiative : Charte jardiner au naturelCréée en 2005, la charte "Jardiner au naturel, ça coule de source" mise en place par la communauté de communes Rennes métropole invite les jardineries à militer pour le jardinage biologique. En 2007, 30 jardineries du bassin rennais l'ont signé. Elles étaient 25 à s'engager deux an avant. L'idée est reprise en Bretagne, par Brest Métropole notamment. Les jardineries signataires informent les jardiniers des dangers de l'utilisation des produits phytosanitaires pour la nature et pour la santé. L'objectif est de diminuer la vente des pesticides et de promouvoir les alternatives. Renée Lauster pour Plus-Shopping